Nos références méthodologiques

Notre approche du travail s’appuie sur la définition de la santé de l’OMS : « un état de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité », les analyses du rapport Gollac et la qualité de vie au travail définie dans le cadre de l’accord national interprofessionnel (ANI).

Notre questionnaire et notre compréhension des individus et des organisations s’appuient sur l’analyse des facteurs organisationnels et humains :

  • les modèles d’organisation du travail (Mintzberg),
  • les organisations de haute fiabilité,
  • le modèle Karasek qui met en relation l’exigence, les formes de reconnaissance et la latitude décisionnelle avec la recrudescence de pathologies et donc le bien-être ou le mal-être des personnes,
  • le modèle du stress de Lazarus et Folkman pour lesquels « le stress est le produit d’une transaction entre la personne et son environnement dans laquelle la situation est jugée comme débordant ses ressources et mettant en danger son bien-être »,
  • le soutien social selon Théorell,
  • les théories sur la violence au travail et le harcèlement moral de Hirigoyen.